Claire MILLOT et les actions de l’association SALAM

Ce 25 octobre, Bernard COETMEUR  présente son invitée dont il a apprécié la fougue  lors d’une présentation faite dans le cadre de l’ancien conseil économique régional.

Notre intervenante est enseignante , elle accompagne les migrants dans le démantèlement en cours.

La première journée s’est bien passée avec 2 à 3000 personnes réparties dans des centres d’accueil dans toute la France.

Il faut remettre des idées justes. Salam est sur le terrain depuis de nombreuses années.

Claire était présente sur place hier matin à 7 heures et elle a vu 1900 personnes qui attendaient les yeux brillants et le sourire aux lèvres disant bye bye avant de monter dans les bus  pour partir vers des centre d’accueil pour vivre pendant un an dans des vrais logements s’ils sont déclarés aptes au droit d’asile.

C’était beau et effrayant car les accompagnants étaient habitués à la boue et l’extrême précarité  mais pas les migrants. Ils n’ont pas pour l’instant la qualité de réfugiés mais ils auront un centre de répit  dans leur parcours qui les tiendra à l’écart des passeurs qui les exploitent (un passage vers l’angleterre leur coûte de 8 à 10000 €) et leur permettra de bénéficier de 3 repas  chauds par jour au lieu de 1.

Ils ont toujours faim  et beaucoup accepteront de rester en France  ,  sur la population de la jungle 80% relèvent du droit d’asile et 70% devraient l’obtenir  contre 36%  de moyenne nationale.

Il n’y a pas que Calais, Grande-Synthe  a atteint 2800 personnes , médecins sans frontière découvrant des hommes vivant dans une décharge à ciel ouvert  a décidé de mettre en oeuvre un camp de réfugiés aux normes internationals  une première en Europe  pour 1500 personnes. L’état a envoyé trois commissions de sécurité successives savant de les laisser mettre en place cette solution non pérenne.

Le secours est obligatoire pour les femmes, les enfants et les adultes malades.

La vie dans la jungle provoque une destruction psychologique , ils sont tous vulnérables et cela pourrait être nos fils. Ils ne sont pas tous parfaits mais la grande majorité est honnête bien sûr en bande en ville ils font peur.

Il y a eu le décès d’une fillette qui a été violentée  mais  l’auteur des faits était heureusement un polonais qui n’avait rien à voir avec la jungle.

Ils cherchent la paix et un endroit pour fuir les horreurs de la guerre. “we want a job and we want to pay taxes.

Une expérience a été menée par le directeur de l’OFPRA qui a offert aux érythréens une garantie de droit d’asile de 10 ans ; 133 personnes ont cru à cette offre  ; les autres n’y ont pas cru et le regrettent encore.

Le budget de Salam est de l’ordre de 100 K€ par an dont 12k€ de la région , 3k€ de Grande-Synthe, 3k€ de Dunkerque, le reste est apporté par des donateurs qui font aussi beaucoup de dons en nature.

Salam complète les dons et achète  chaussettes et sous vêtements . elle a aussi loué un logement de passage pour les bénévoles étrangers et trois véhicules de livraison des repas.

Les passeurs sont mêlés à la population , la police veut remonter les filières avant d’intervenir.

Et après  s’il reste 300 personnes on se débrouillera  , s’il sont 2000 à refuser de partir cela sera plus violent ,  le risque est que d’autres migrants reviennent dans quelques mois.

Le besoin d’accueil est de 2 pour 1000 habitants est on vraiment incapable de le faire ?

Comment se débarrasser des passeurs  trois voies: supprimer les frontières  ou ouvrir des couloirs humanitaires ou accorder le droit d’asile depuis les pays d’origine.

La répartition au niveau européen est souhaitable.

Enfin en tant que marchand d’armes nous sommes une partie du problème , cela nous donne des responsabilités

Le président Caille s’engage à donner une suite concrête à cette information.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *